Les grimpantes d’ombre et le soleil

Notre jardinier de Versailles maître ès-âneries vient encore de sévir. Rubrique “La main verte” sur France Inter dimanche 4 avril 2021.

FI.- Catherine vous demande : “Que puis-je planter de grimpant sur un mur qui ne voit pas le soleil ? […]

AB.- Eh bien alors, pourquoi pas de l’hortensia grimpant ? Quand on parle de l’hortensia grimpant certains disent Ah bon, ça existe ? eh bien oui, ça existe. C’est très beau, les fleurs ressemblent à peu près à l’hortensia que l’on connaît(1) mais un peu plus délicates, un peu plus, un peu plus … fraîches(2). Il existe également de l’akébia qui fleurissent [sic] comme des petites clochettes, c’est une plante assez jolie(3). On pourrait également parler de l’aristoloche. Mais souvenez-vous qu’une plante grimpante, si elle grimpe, c’est pourquoi ?

FI.- Chercher le soleil.

AB.- Eh bien on est bien d’accord. Donc toutes les plantes grimpantes — qu’on le veuille ou non — ont besoin de soleil. Donc on peut en planter qui supportent plus ou moins l’ombre, mais elles finiront toujours par aller là où il y a du soleil, donc la plante grimpante et le soleil. [sic]

(1) Euh, c’est quoi précisément “l’hortensia que l’on connaît” ? Le jardinier de Versailles ne connaît peut-être qu’une sorte d’hortensia (celui que l’on connaît), alors que le site Les Hortensias du Haut-Bois en recense pas moins de 10 espèces et un total de 581 variétés.
(2) C’est quoi, ce concept de fleurs “plus fraîches” ? Après leur floraison, les fleurs de l’hortensia grimpant ne sont pas plus fraîches que celles des “autres hortensias”.
(3) En effet, l’akébia est une grimpante assez jolie dans le jardin de papi Jo.


Donc, d’après le jardinier de Versailles, même les plantes grimpantes dites “d’ombre” aiment le soleil et finissent toujours par aller dans sa direction. Dans le jardin de papi Jo se trouve un hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris) qui manifestement ne tient aucun compte des remarques instructives diffusées dans l’émission “La main verte” ; ce doit être un rebelle.

Cet hydrangea pousse sur un vieux mur exposé au Nord-Ouest et situé dans l’ombre de la maison la plus grande partie de l’année et de la journée. La flèche (a) montre la direction générale des tiges, qui fuient la lumière du soleil en allant chercher l’ombre de la maison. La flèche (b) idem. La flèche (c) montre un cas intéressant d’une tige qui commence à pousser vers la gauche (donc en s’éloignant de l’ombre de la maison) jusqu’à atteindre le point (d) où elle change de direction pour fuir le soleil direct. CQFD. Les plantes d’ombre ne vont pas dans la direction du soleil.