Vive le marcottage !

Le marcottage, comment ça marche ?

Le marcottage consiste à faire enraciner un segment de tige sans le couper de la plante mère. La nouvelle plante ainsi obtenue ne sera détachée que lorsqu’elle sera capable de s’alimenter et de croître grâce à ses nouvelles racines, ce qui se traduira par l’émission de nouvelles pousses vigoureuses. [Promesse de fleurs]

Il existe plusieurs techniques de marcottage, mais ma préférence va à l’auto-marcottage : la plante-mère laisse traîner ses branches basses au sol, où elles s’enracinent tout naturellement. Éventuellement on peut l’aider en maintenant fermement une branche au sol avec une “épingle”. J’ai ainsi eu plusieurs marcottages au jardin ces dernières années : Daphne x transatlantica ‘Eternal Fragrance’, Lavatera x clementii ‘Barnsley’ et Viburnum plicatum f. tomentosum ‘Lanarth’ dont je vais vous parler aujourd’hui.

Cette superbe viorne a été plantée lors de l’extension du jardin, en 2014, sur les conseils de Fanny, de la pépinière l’ESAT de la Simonière, qui nous avait montré un beau spécimen sur le parking de la pépinière. Ce spécimen a poussé très régulièrement, jusqu’à atteindre actuellement les dimensions suivantes : H. 270 cm x L. 300 cm. En inspectant ce spécimen récemment, j’ai constaté qu’il avait fait un certain nombre d’auto-marcottes. J’en ai prélevé un exemplaire que j’ai mis en pot pour observation. Il était bien raciné, donc devrait bien se comporter. Étant donné qu’il n’y a pas la place pour une deuxième viorne de cette taille au jardin, cette marcotte devra rejoindre un autre jardin, où j’espère qu’elle sera bien accueillie et fera le bonheur d’un autre jardinier.