Des squatteurs au jardin !

Il y a quelques années, l’aide-jardinière-potière-céramiste avait fabriqué un joli nichoir spécial mésanges. Accroché sous la glycine, ce nichoir avait reçu quelques visites, mais c’est seulement l’an dernier qu’une mésange y a vraiment fait son nid. 2020 était la bonne année (enfin, pour les mésanges, en tout cas). Au prix de nombreux voyages, un nid douillet de mousse a été fabriqué par cette mésange infatigable, et une nichée s’est installée, puis a pris son envol. Les sites spécialisés en zozios insistent sur la nécessité de faire un nettoyage des nichoirs.

Les passereaux, dont les mésanges font partie, ont tendance à construire un nouveau nid sur le précédent, formant au fil du temps une épaisseur dangereuse car les oisillons se trouvent alors trop près de la sortie et peuvent en tomber avant d’avoir les capacités de voler ou risquent d’être plus facilement à la portée des prédateurs. [au jardin.info]

Nous avions complètement zappé la consigne de nettoyage l’an dernier, et avons donc entrepris de jeter un oeil au nichoir il y a quelques jours seulement. Une surprise nous y attendait. En effet, comme le dit le site déjà cité,

Avant de décrocher un nichoir, vérifiez toujours qu’il ne soit pas occupé par des oisillons ou des œufs mais aussi par d’autres petits animaux surtout si vous envisagez un nettoyage tardif en début d’hiver.

Les “petits animaux” qui avaient élu domicile dans le nichoir étaient une famille de bourdons. Il y avait la maman et une douzaine de petits bourdons, qui ont quitté à regret leur douillette cachette. Il ne reste plus qu’à espérer que notre nichoir à mésanges retrouve très vite ses occupants prioritaires.